Déclaration de la MMMF Europe – 2 octobre 2017 – Deux priorités : l’avortement ; les femmes immigrées.

Bruxelles 28 septNous, de la Marche Mondiale des Femmes, en réunion européenne à Bruxelles, continuons d’être en lutte contre l’hétéro-patriarcat, le capitalisme, le colonialisme, le racisme, et contre toutes les formes d’inégalités et de discriminations. Nous revendiquons nos droits, pour le contrôle de nos corps, de notre terre et de nos territoires, et souhaitons éradiquer les inégalités structurelles économiques entre les pays du Nord et du Sud. Nous exigeons des politiques de développement qui réparent la dette historique due aux rapports de colonisation et à l’impérialisme des pays riches du Nord.

Les champs d’action actuellement urgents sont multiples compte-tenu de la situation de crise sociale et politique en Europe et dans le monde. Parmi ces urgences, nous avons choisi deux thèmes principaux d’actions pour l’année à venir :

L’AVORTEMENT

La campagne pour le droit et l’accès à l’avortement engagée au cours de cette année, pour les droits des femmes à décider d’avoir un enfant quand elles veulent, avec qui elles veulent, si elles le veulent, a produit des mobilisations dans de nombreux pays ou territoires. Une manifestation a eu lieu à Bruxelles avec des délégations de différents pays d’Europe, le 28 septembre à Bruxelles.

La montée des intégrismes religieux et des extrémismes politiques menacent les droits des femmes là où ils existent et empêchent l’avancée de nouveaux droits là où l’avortement n’est pas légal ou bien là où son accès est limité. Les mesures d’austérité économique, particulièrement celles relatives au système de santé, limitent les services permettant l’accès des femmes à l’IVG. 

Le droit à l’IVG doit être inscrit comme un droit fondamental

Pour le contrôle de nos corps, pour le choix de nos vies, pour la liberté d’enfanter ou pas

Nous maintenons notre mobilisation

Tant que toutes les femmes ne seront pas libres

Nous continuerons à marcher !

 

 

 

L’IMMIGRATION

 

Nous réaffirmons notre volonté d’ouvrir des frontières et le droit à la liberté de se déplacer et de s’établir partout.

 

L’immigration est la conséquence de diverses formes de violences que les femmes subissent dans leur pays d’origine : les famines, la pauvreté, les guerres, les effets de l’accaparement des ressources naturelles par les multinationales, la dégradation de l’environnement, ainsi que des violences de genre.

 

Au cours de leur voyage, vers et en Europe, les femmes et les filles sont exposéEs à des formes de violences de genre extrêmes : violences physiques, viols et abus sexuels, prostitution, enlèvements par des réseaux de traite d’êtres humains, risque de devenir des femmes sans-papiers… Par conséquent, les difficultés que connaissent les réfugiées sont aussi nombreuses que graves.

De plus, dans certains pays aux frontières de l’Europe où transitent énormément de personnes, les centres d’accueil sont mal adaptés aux besoins des femmes, qui n’obtiennent pas toujours la protection dont elles ont besoin.

Cette situation n’est pas prise en compte par les politiques nationales et européennes, et, à contrario, les coupes budgétaires affectent le travail d’associations de femmes qui soutiennent les migrantes dans leurs luttes contre les violences sexistes et l’exclusion.

 

Nous revendiquons :

 

  • L’élimination de la corruption des gouvernements qui s’enrichissent sur le dos de leurs populations, manipulés et alimentés par les banques et les gouvernements du Nord ;
  • La dénonciation de la responsabilité des gouvernements européens dans la gestion déplorable des populations migratoires ;
  • Les moyens de mettre en place la sécurité physique, psychique et morale des femmes qui doit être garantie à toutes les étapes du processus migratoire ;
  • Une veuille constante pour que la dignité et les droits des êtres humains soient respectés ;
  • La capacité pour les associations d’assurer un réel travail de diffusion d’information, de soutien concret en matière de santé sexuelle et reproductive, d’accompagnement dans des situations de violences, ou encore d’appui aux démarches d’intégration des femmes migrantes. Cela passe par des financements suffisants pour les associations, particulièrement des femmes, qui assument ce travail indispensable ;
  • Reconnaitre les violences faites aux femmes dans leurs parcours migratoire comme motif d’asile ;
  • Arrêter immédiatement les renvois des femmes dans un pays tiers.

 

Par ailleurs, nous réaffirmons notre solidarité avec les femmes en Turquie où la situation d’urgence mise en place par le gouvernement turc menace gravement les droits des femmes. Nous demandons la libération immédiate de toute et tous les prisonnièr-e-s politiques.

 

Tant que toutes les femmes ne seront pas libres, nous continuer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s