Nicole, de la MMF Montpellier, nous a quitté-es

Nous avons la tristesse de vous annoncer la mort de notre amie Nicole Nourigat, militante de la MMF Montpellier depuis le début de notre mouvement en 2000, et de notre secrétariat depuis 2010.

Avec sa seule volonté, elle a réussit à organiser de nombreux événements féministes, sachant réunir des associations, des organismes ou des individu.e.s sur la même cause, celle des femmes. Sans faire de bruit mais avec une grande ténacité elle s’est fait connaitre à Montpellier dans sa défense des droits et des libertés des femmes.

Elle souffrait d’un cancer depuis 2 ans, en toute discrétion.

Les mots qui viennent, quand on parle de Nicole, c’est : adorable, gentillesse, douceur, écoute, endurance, convictions. Nous l’aimions beaucoup, elle faisait l’unanimité.

Tu nous manqueras tellement Nicole !

Elle a voulu des obsèques avec sa seule famille. Un femmage s’organise avec ses ami-es de Montpellier.

Toute nos condoléances à sa famille.

Le secrétariat de la Marche Mondiale des Femmes : Nelly – Marie-Thérèse – Horiya – Sylvette – Corine – Catherine – Maryline – Fraçoise
Nous avons la tristesse de vous annoncer la mort de notre amie Nicole Nourigat, militante de la MMF Montpellier depuis le début de notre mouvement en 2000, et de notre secrétariat depuis 2010.

Je ne suis pas à vendre !

Réponse à la Dépêche du Midi du 17 mai 2020

Marche Mondiale des Femmes Occitanie, Collectif Midi-Pyrénées pour les Droits des femmes, Le Cri

Nous, Marche Mondiale des Femmes Occitanie, Collectif Midi-Pyrénées pour les Droits des femmes et association Le Cri, membres d’ABOLITION 2012, considérons que l’achat d’actes sexuels est une extrême violence subie par les femmes prostituées. Grâce à nos actions et à nos luttes, une loi interdisant l’achat d’actes sexuels a été votée en 2016. Cette loi pénalise le client-prostitueur et a permis l’annulation de la pénalisation pour racolage. Lire la suite

MMF : NON à la GPA !

Nous, femmes de la Marche Mondiale des Femmes, sommes choquées à la lecture de l’article sur la GPA, de Barabara Krief, dans l’Obs n° 2898

Seul le désarroi des parents « d’intention » est largement énoncé comme une souffrance, rien n’est dit de la souffrance et de la situation des mères de substitution, rien n’est dit sur la situation de l’enfant, de la rupture du lien charnel construit pendant la grossesse entre la mère porteuse et lui, rien n’est dit non plus du détournement de la loi par les parents « d’intention » et rien n’est dit du lien entre la GPA et le trafic des êtres humains. Lire la suite